Simone Veil

(CC) Roland Godefroy

HOMMAGE

Simone Veil

Simone Veil la déportée, Simone Veil la combattante de l’IVG, Simone Veil l’Européenne, un sacré destin pour une femme exceptionnelle.

Décédée à la veille de ses 90 ans ce matin, vendredi 30 juin 2017, Simone Veil restera une icône de la vie politique française et un symbole du combat pour les droits des femmes.

Déportée à l’âge de 16 ans à Auschwitz, elle survivra à la Shoah et gardera tatoué sur son bras le matricule 78651 sans jamais le cacher, affrontant la mémoire du génocide. Rentrée des camps, elle s’inscrit à Sciences Po et rencontre son mari Jean Veil. Elle l’épouse et, tout en élevant ses trois garçons, fait très vite preuve d’indépendance et de modernité. Elle décide de travailler ce qui lui occasionnera de rudes discussions avec son mari qui finalement l’autorisera à exercer dans la magistrature.

Résolument femme de caractère et femme d’action

Elle occupera un poste de haut fonctionnaire dans l’administration pénitentiaire au ministère de la Justice qu’elle délaissera en 1964 pour les affaires civiles. En 1970, elle devient secrétaire générale du Conseil supérieur de la magistrature. C’est Valéry Giscard d’Estaing qui fera basculer sa vie. Il la nomme Ministre de la Santé dans son gouvernement en 1974 et là elle mènera le combat qui l’élèvera au rang d’icône : la dépénalisation de l’avortement.

Un combat qui marque encore les esprits aujourd’hui. Modeste, elle s’en étonnait : «La constance de la reconnaissance à mon égard pour cette loi m’étonne toujours, et je continue de penser que la loi Neuwirth autorisant la pilule est beaucoup plus importante.»

En 1979 elle sera élue présidente du Parlement européen au troisième tour et sera la 1ère femme à occuper cette fonction.

Simone Veil, féministe ?

Interrogée sur le sujet, elle tiendra cette phrase qui la résume assez bien sur ce sujet : «Je ne suis pas une militante dans l’âme, mais je me sens féministe, très solidaire des femmes quelles qu’elles soient… Je me sens plus en sécurité avec des femmes, peut-être est-ce dû à la déportation ? Au camp, leur aide était désintéressée, généreuse, pas celle des hommes. Et la résistance du sexe dit faible y était aussi plus grande.»

Simone Veil, femme de caractère, restera dans nos mémoires comme une femme inspirante et nous la remercions en majuscule pour ses combats et ses convictions.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

© Femme Majuscule 2017

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account