La fin de la valeur travail ?

PHOTOS STÉPHANE LAVOUÉ

SOCIÉTÉ

La fin de la valeur travail ?

Alors que les loisirs et le plaisir occupent beaucoup de place dans nos vies, on peut avoir l’impression qu’ils ont eu raison de valeurs comme le travail et l’effort. Gardons-nous pourtant d’interprétations trop hâtives. Car l’oisiveté ne semble pas près de s’imposer comme nouveau modèle d’existence !

En ces mois d’été, l’heure des vacances a sonné ou va bientôt sonner. Ces congés estivaux, nous les attendons depuis des semaines, nous les avons préparés avec gourmandise et excitation.
Libérée de nos contraintes professionnelles durant les semaines à venir, notre vie semble prendre subitement tout son sens et toute son intensité. Comme si les vacances n’étaient pas seulement considérées comme un temps de repos et de ressourcement après une année laborieuse, mais avaient intrinsèquement plus de valeur que le travail. (…)

L’article est illustré par À TERRE, travail photographique de Stéphane Lavoué.

Photographier l’univers de la pêche sans partir en mer. Stéphane Lavoué est resté à quai pour témoigner d’une réalité qu’on oublie trop souvent : un emploi de marin créé quatre emplois à terre. Il est entré dans les chantiers navals, les forges marines, les ateliers de marée, les conserveries pour mettre en lumière ces hommes et ces femmes qui travaillent dans l’ombre. Stéphane Lavoué a sillonné Le Guilvinec et la façade maritime du pays bigouden pour capter le corps et les yeux de ces travailleurs qui participent à la grande odyssée de la pêche.
Ses photos nous dévoilent un monde qui, souvent, échappe à notre regard. Cette série a été réalisée dans le cadre de La France Vue d’ici, un projet collaboratif et citoyen porté par le rendez-vous photographique ImageSingulières et Médiapart. Photographes, journalistes et spécialistes ont mutualisé leurs compétences pour défendre la photographie documentaire et son rôle de témoin de la société française. Ces travaux réalisés par 26 photographes entre 2014 et 2017 sont exposés à Paris et Sète en 2017.
Pour plus d’informations : www.lafrancevuedici.fr

La suite dans votre Femme Majuscule n°39 actuellement en vente chez votre marchand de journaux ou à acheter en ligne

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

© Femme Majuscule 2017

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account